Hung Gar Kuen 洪家拳

L’association AL KHAYZOURANE et l’HUNG GAR

Dans le cadre de sa pratique du sport, l’association AL KHAYZOURANE encadre la pratique de l’art martial traditionnel chinois « Hung Gar Kuen« , conformément à l’éthique, aux règles et prescriptions juridiques et techniques en vigueur.

A cet effet, l’association organise des séances d’entrainement, des séminaires et des formations en la matière et participe aux compétitions officielles et amicales, organisées à l’échelle locale, régionale, nationale et éventuellement internationale.

Aussi, l’association est membre fondateur du Comité National Marocain de Kung Fu KuoShu et arts martiaux chinois, qui est une institution constituée au sein de la Fédération Royale Marocaine d’Aikido, Iaido et Arts martiaux.

Hung Gar Kuen 洪家拳

Boxe de la famille Hung

C’est l’une des « boxes externes » qui met l’accent sur la force physique du corps et le développement de l’énergie à travers les sons. Cet art martial traditionnel chinois se caractérise aussi par la maîtrise du combat rapproché (corps à corps), qui fait de lui l’un des styles les plus redoutables en combat réel.

L’Hung Gar est enseigné par séquences de mouvements, appelées « Taolu », et dont les techniques, des plus simples aux plus complexes, permettent d’endurcir les os et renforcer les muscles et tendons, ayant ainsi pour conséquence, une santé meilleure et une confiance en soi plus raffermie.

Histoire du HUNG GAR
Principes du Hung Gar

Règles du légendaire Grand Maître Wong Fei Hung

Respectes le fondateur, ton professeur et ses enseignements,

D'abord, apprends l'humanité et la justice. Puis, apprends le Kung Fu,

Après avoir appris le Kung Fu, ne l'utilises que pour la self-défense,

Un vrai héros n’opprime jamais les autres personnes,

Si tu rencontres un homme qui n'a pas d'honneur, ne lui enseignes pas ton art, même s'il t’offre 10.000 pièces d'or,

Même s'il est apparenté à toi, ne lui enseignes pas,

Si cet homme n’est pas apparenté à toi, mais qui est un homme d'honneur et de justice, tu peux lui enseigner,

Quand tu compléteras le style Hung Gar, même une pierre inutile sera une pièce d'or pour toi.

Mo Duk 武德 « Règles du Hung Gar »

Ces règles, indissociables des arts martiaux traditionnels chinois, sont connues sous le nom de « Mo Duk  武德« , qui veut dire en cantonais « Virtue morale des arts martiaux » :

Suis les règles et représentes la discipline,

Développes le sens de l’ordre et de la justice, respectes tes parents et ton maître,

Restes poli et aimable envers tes élèves, aides et soutiens les,

Gardes une haute moralité, évites les mauvaises pensées,

Sois calme et patient, évites les conflits inutiles,

Pratiques avec diligence et en toute conscience. Ne te mets jamais contre ton Kung Fu,

Sois sympa et gentil avec tout le monde,

Protèges les faibles et soutiens la paix avec tes compétences en arts martiaux,

N'oublies jamais de qui tu as appris ton Kung Fu.

Grand Master

Chiu Chi Ling

Grand Maître et Acteur de cinéma international

Grand Maître Chiu Chi Ling, 10ème Dan et acteur de cinéma international, est né le 20 Janvier 1943 dans une famille très connue dans le monde des arts martiaux. Ces parents, Chiu Kao et Wong Siu Ying, l’ont initié à la pratique du Hung Gar dès l’âge de 6 ans. Aussi, sous la direction de son père, il a étudié la médecine traditionnelle chinoise et dont il devint l’assistant dans sa clinique dès l’âge de 15 ans.

Au début des années 70, il ouvrit sa propre école de Hung Gar à Hong Kong ; ce qui lui a permis d’attirer de nombreuses célébrités, contribuant ainsi à son entrée dans le monde du cinéma. Grand Maître Chiu Chi Ling a pu participer à de nombreux films, entant qu’acteur ou cascadeur, avec des acteurs de renom comme Bruce Lee, Jackie Chan, Sammo Hung, Gordon Liu, etc…

Les films dans lesquels il a joué s’élèvent à plus de 70 films, dont les plus connus sont « Snake in the Eagle’s Shadow, Duel of the Seven Tigers et Kung Fu Hustle ».

D’autre part, contrairement à certains maîtres, Grand Maître Chiu Chi Ling a choisi d’enseigner l’Hung Gar partout dans le monde afin que toute personne puisse bénéficier de la pratique de cet art martial noble.

A l’heure actuelle, le Grand Maître a de nombreux élèves à travers le monde, qui continuent de transmettre l’Hung Gar et perpétuer la tradition de la famille Chiu.

Notre lignée

dont les membres de l’Association AL KHAYZOURANE font partie.

GEE SIN SIM SEE

Gee Sin Sim See, vécu au 17e siècle, est un moine bouddhiste expert en techniques du tigre du temple de Shaolin du Nord de la province de Honan. Il a été parmi les cinq moines qui ont survécu à la destruction du temple par le gouvernement Mandchous.

Il s’est réfugié dans un temple au Sud de la Chine dans la province de Fukien, connu par la suite comme Shaolin du Sud, et commença à enseigner son art martial aux différents adeptes venant au temple.

HUNG HEI GOON

Hung Hei Goon est considéré comme le fondateur du Hung Gar. Selon certaines histoires, on dit qu’il est né dans une famille royale, descendant de l’Empereur Ming « Leung le 15ème ».
Lorsque la Chine était sous la domination des Mandchous, Hung, dont le véritable nom est “Jyu”, a dû changer de nom pour cacher sa véritable identité au gouvernement Qing ; il a choisi le nom Hung en hommage au premier empereur Ming « Hung Mo (Hong Wu) », qui est considéré comme l’un des meilleurs empereurs de l’histoire de la Chine.
Devenant marchand de thé, il a eu un litige avec des nobles Qing quand il était en affaires dans la province de Guangdong (Canton) ; ce qui l’a forcé à se réfugier dans le temple de Fukien, où le moine Gee Sin Sim See lui a appris les arts martiaux.

LUK AH CHOY

Luk Ah Choy été un Mandchous, dont le père était en poste dans le Guangdong. Devenu orphelin à un âge précoce, il était élevé par son oncle, qui l’a souvent maltraité, le poussant à s’enfuir et à travailler comme domestique à l’âge de 12 ans. Sa vie était solitaire et dure jusqu’à ce qu’il rencontre un moine (disciple du moine Shaolin « Li Baifu ») à un spectacle d’opéra cantonais. Il devint le disciple de celui-ci, et étudia les arts martiaux sous sa direction pendant sept ans.
A la recommandation de son sifu, il poursuivit ses études au monastère de Shaolin sous la direction de Gee Sin Sim See, qui l’envoya à Hung Hei Goon pour perfectionner sa maitrise du Hung Gar.

WONG TAI

Wong Tai, qui avait toujours eu un intérêt pour le Kung Fu, a commencé sa pratique d’arts martiaux dès son jeune âge.
Lorsque Luk Ah Choy est venu à Canton, Wong Tai est allé le voir pour apprendre le style Hung Gar. Il l’a accepté comme élève et lui enseigna tout ce qu’il savait. Aussi, selon certaines histoires, Wong Tai a été également formé par Hung Hei Goon.
Wong Tai, à son tour transmis son savoir à son fils Wong Kei Ying, qui l’a transmis de sa part à son fils Wong Fei Hung. Et cet ainsi que le style Hung Gar a été transmis dans la famille Wong, de père en fils à travers trois générations.

WONG KEI YING

Wong Kei Ying est né en Xiqiao dans le comté de Nanhai dans le Guangdong au début du 19ème siècle. Il est devenu un disciple de Luk Ah Choy après avoir été envoyé par son père à ce dernier pour poursuivre son éducation martiale. Après dix années de pratique, Wong Kei Ying devint l’instructeur d’arts martiaux du général du régiment d’infanterie et l’un des dix tigres de Guangdong ; aussi, entant que médecin, il devait beaucoup voyager parcourant toute la Chine pour trouver et ramener des herbes et des médicaments à sa clinique.
Wong Kei Ying est décédé en 1886.

WONG FEI HUNG

Wong Fei Hung est né en 1847 dans la région de Nanhai dans la province du Guangdong dans une famille respectée et célèbre d’anciens pratiquants de Kung Fu. Il a commencé à apprendre les arts martiaux et la médecine traditionnelle chinoise à un âge très précoce. En grandissant, Maître Wong a gagné une excellente réputation pour son Kung Fu, puisqu’il n’a perdu aucun de ses combats, ainsi que pour ses compétences en tant que médecin. Aussi, il était bien connu pour sa maitrise de la danse du lion ; ce qui lui a fait mériter le titre du « Roi des lions ».

D’autre part, Wong Fei Hung avait développé ses propres techniques en s’inspirant notamment des cinq animaux, et il a acquis le statut de légende vivante le jour où il a vaincu seul un gang de 30 hommes.

Wong Fei Hung est décédé en 1924 suite à une maladie, en laissant une empreinte notoire dans la pratique du Hung Gar.

LAM SAI WING

Lam Sai Wing est né en 1860 à Ping Chow, un petit village du district de Namhoi de la province de Guangdong. Issu d’une famille d’artistes martiaux, il a commencé à apprendre le Kung Fu très jeune avec son père Lam Sin. Ainsi, il maîtrisa le style de sa famille « La Paume de Bouddha » en très peu de temps.
Jeune homme, il gagnait sa vie dans un abattoir pour les porcs ; ce qui lui donna le surnom de Wing « le boucher de porc ».
Par ailleurs, Lam Sai Wing est devenu le disciple de Wong Fei Hung après avoir été battu par celui-ci lors d’un duel. En outre, il s’est exercé avec Maître Wong jusqu’au décès de ce dernier, et duquel il a appris tout ce qui concerne l’Hung Gar ainsi que les connaissances en médecine traditionnelle.
Après, Lam Sai Wing a déménagé à Hong Kong, où il créa son association d’arts martiaux dans laquelle il continua d’enseigner l’Hung Gar jusqu’à son décès en 1943.

CHIU KAO

Chiu Kao est né en 1895 dans le comté de Sam Kong de la province de Guangdong. Issu d’une famille pauvre, il n’avait que 12 ans quand il a quitté son domicile pour trouver du travail à l’étranger.

Par ailleurs, il commença à apprendre l’Hung Gar sous la direction de Long Jai Yuk après avoir assisté au combat de ce dernier, à Singapour, avec Ha Shan Fu (expert bien connu de l’époque du style interne du Kung Fu) et dont la victoire est revenu à Long Jai.

Après son retour en Chine, il épousa Wong Siu Ying qui est issue d’une famille bien connue et respectée dans le monde des arts martiaux, et décidèrent ensemble de s’installer à Hong Kong où ils continuèrent leur formation d’Hung Gar sous la direction de Lam Sai Wing et où ils ouvrirent leur école de Kung Fu pour répandre cet art martial traditionnel.

Chiu Kao est décédé le 20 Février 1995, laissant son héritage martial à sa famille et ses étudiants.

CHIU CHI LING

Grand Maître Chiu Chi Ling est né le 20 Janvier 1943 dans une famille bien connue dans le monde des arts maritaux ; ce qui lui a permis de commencer la pratique du Hung Gar dès l’âge de 6 ans sous la direction de son père Chiu Kao.
Au début des années 70, il ouvrit sa propre école d’Hung Gar à Hong Kong ; ce qui lui a permis d’attirer de nombreuses célébrités, contribuant à son entrée dans le monde du cinéma. Ainsi, Grand Maître Chiu Chi Ling a pu participer à de nombreux films, entant qu’acteur ou cascadeur, avec des acteurs de renom comme Bruce Lee, Jackie Chan, Sammo Hung, Gordon Liu…etc. ; ce qui élève le nombre de ses films à plus de 70 films, dont les plus connus sont « Snake in the Eagle’s Shadow, Duel of the Seven Tigers et Kung Fu Hustle ».
A l’heure actuelle, Grand Maître a de nombreux élèves à travers le monde, qui continuent de transmettre l’Hung Gar et perpétuer la tradition de la famille Chiu.

LUIGI MARTONE

Sifu Luigi Martone pratique les arts martiaux depuis plus de 30 ans. Sa pratique du Hung Gar a débuté en 1986 et il a commencé à suivre les enseignements du Grand Maître Chiu Chi Ling en 1990, et ce, suite à sa participation à un stage d’Hung Gar dirigé par Grand Maître Chiu Chi Ling.
C’est ainsi que l’enthousiasme de Sifu Martone pour la pratique Hung Gar et le niveau élevé de sa maitrise lui ont permis d’approfondir encore plus ses connaissances sous la direction du Grand Maître Chiu Chi Ling.
Actuellement, Sifu Luigi Martone enseigne l’Hung Gar dans son école à Rome et il continue à perpétrer les traditions de la famille Chiu.
Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site web de Sifu Martone www.hunggarkuen.it/hgk/

GIANCARLO MATARAZZO

Sifu Giancarlo Matarazzo est un biologiste qui a une grande passion pour les arts martiaux chinois. Il a commencé la pratique du Kung Fu traditionnel dans les années 80 avec Maître Dario Ambra, pour se consacrer complètement au Hung Gar Kung Fu à partir de 1996 sous la direction de Sifu Luigi Martone. Depuis lors, Sifu Matarazzo continua sa maitrise du Hung Gar et organisa de nombreux séminaires avec Sifu Martone et Grand Maître Chiu Chi Ling.

Sifu Giancarlo Matarazzo a été reconnu par Grand Maître Chiu Chi Ling comme l’un des disciples les plus compétents et les plus fidèles de la famille Chiu.

Actuellement, Sifu Matarazzo a des élèves de par le monde, notamment au Maroc, en Algérie, en Bangladesh, en Côte d’Ivoire et en Inde.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site web de Sifu Matarazzo www.tigredoro.org.

NAOUFAL LOUATI

Sifu Naoufal Louati, juriste de formation et de profession, a commencé la pratique des arts martiaux dès l’âge de 15 ans. Il a fait ses débuts en arts martiaux vietnamiens sous la direction de Maître Hamza Alami, notamment en pratiquant le Vo Lam, le Viet Vo Dao, le Vo Vi Nam, pour conclure avec l’école Attawazoun dans laquelle il a pratiqué l’Hung Gar sous sa branche vietnamienne.
Au début de l’année 2010, il a fait la connaissance de Sifu Giancarlo Matarazzo, dont il devint le premier élève étranger, et avec lequel il a entamé la pratique de l’art martial traditionnel chinois « Hung Gar Kung Fu ».
Actuellement, Sifu Louati, représentant de Sifu Matarazzo au Maroc, continue de perpétrer les traditions de cet art martial noble en continuant de l’enseigner dans son école et en dirigeant des séminaires et conférences à Rabat, Capitale du Royaume du Maroc.

error: Content is protected !!